Body

Objectif

Favoriser les usages et pratiques verts en finance inclusive

Zones d'intervention

- Afrique (Tunisie)
- Amérique latine (Guatemala, Honduras, République dominicaine, Salvador) à travers REDCAMIF
- Asie (Philippines)

Responsables du projet

Carla Palomares - c.palomares@ada-microfinance.lu
Soulémane Djobo - s.djobo@ada-microfinance.lu

Chiffres clés 2020

- 22 crédits déboursés pour le produit « Eco-shems » (Tunisie)
- 13 IMF appuyées pour le développement d’un crédit « vert » (REDCAMIF)


Afrique

Depuis mars 2020, ADA soutient OKO au Mali, une start-up qui distribue des produits d'assurance agricole indicielle (selon la surface de l’exploitation) aux petits producteurs du pays via un téléphone mobile. Elle permet aux agriculteurs touchés par des inondations ou des sécheresses de recevoir une indemnisation directement via leur téléphone portable. Dans un premier temps, OKO cherchait à assurer les producteurs de maïs de cinq régions du Mali. L’appui donné par ADA visait à soutenir la start-up dans l’extension de deux régions supplémentaires.

OKOOKO2

Soutenue par ADA, OKO a recruté deux représentants pour les deux nouvelles régions. Elle a ensuite lancé en mai une campagne SMS auprès des petits producteurs de maïs des sept régions concernées, les invitant à être rappelés s’ils souhaitaient souscrire au produit d’assurance agricole. Au total, 30 000 d’entre eux ont manifesté un intérêt pour le produit et ont demandé à être recontactés. Victimes de leur succès, les agents n’ont pas pu rappeler tous les clients Certains producteurs, analphabètes, n’ont pas pu lire le SMS en français, ni même recevoir le message vocal de promotion via l’application WhatsApp car ils ne disposaient pas de smartphone. Seuls 1 867 producteurs de maïs ont donc souscrit au produit d’assurance agricole contre les inondations ou sécheresses, dont 624 dans les deux zones d’extension ciblées par le projet (soit 33%), ce qui reste tout de même satisfaisant dans un contexte de pandémie. En 2020, le Mali a été marquée par de violentes inondations dans tout le pays. Sur les deux zones soutenues par ADA, 624 producteurs ont souscrit au produit d’assurance agricole et 373 ont pu être indemnisés. L’équipe de OKO a également organisé des séances de restitution afin d’expliquer aux agriculteurs comment ils avaient déterminé les sinistres.

Suite à cette première expérience, OKO souhaite couvrir quatre nouvelles cultures en plus du maïs et adapter la communication pour la rendre plus accessible aux clients analphabètes. C’est pourquoi ADA a décidé de prolonger son appui à OKO jusqu’en 2021 pour la mise en place d’un serveur vocal permettant d’adresser automatiquement des messages vocaux en langue locale aux clients qui demandent à être recontactés, afin de soulager le centre d'appel et d’augmenter le nombre de ventes.

Plus d'informations sur le site de OKO : www.oko.finance/mali


ADA and OKO in BaguinedaDévelopper l'assurance inclusive au Mali avec OKO

ADA travaille depuis plusieurs mois avec une start-up malienne, OKO, spécialisée dans les assurances agricoles, pour échanger des compétences et des contacts. Aujourd'hui, cette collaboration va plus loin : ADA soutient un projet d'OKO. Deux autres régions du Mali ont été ajoutées au champ d'action initial de la start up dont ADA contribue financièrement au recrutement, à la formation et à l'équipement d'OKO dans ces régions, dans le but de couvrir un plus grand nombre d'agriculteurs pour la saison.

OKO Mali SaRL est une jeune start-up malienne qui distribue des produits d'assurance agricole indexés aux petits producteurs maliens via le téléphone portable. L'objectif d'OKO est d'accroître la résilience climatique des petits exploitants agricoles en permettant aux agriculteurs touchés par des inondations ou des sécheresses de recevoir une indemnisation immédiate. L'assurance est accessible via mobile à tous les producteurs de maïs des régions productrices du Mali.

Cette collaboration s'inscrit dans notre vision de l'expansion de l'assurance inclusive en Afrique. Cet outil de gestion des risques pour les ménages à faibles revenus, dont le marché potentiel est estimé à 3,8 milliards de personnes, représente un impact positif réel et significatif. De multiples initiatives émergent, mais le secteur est toujours à la recherche de modèles plus innovants pour une plus grande efficacité. Compte tenu de la diversité des risques auxquels sont confrontées les populations vulnérables et sur la base de notre expérience, ADA souhaite contribuer à l'assurance inclusive par des solutions innovantes en termes de produits, de canaux de distribution et de partenariats.


Plus d'informations sur le site de l'OKO : www.oko.finance/mali


Création d’une compagnie de micro-assurance en Afrique de l'OuestLa création d’une compagnie de micro-assurance au Burkina Faso a déjà permis à 200.000 personnes de souscrire à une assurance-vie.


Depuis 10 ans, ADA appuie la Confédération des Institutions Financières d’Afrique de l’Ouest (CIF) et les 6 réseaux qui la constituent pour développer le secteur de la micro-assurance dans la région. Ensemble, ils ont créé la compagnie de micro-assurance « CIF-VIE Burkina » à Ouagadougou. A son lancement, 400.000 clients des réseaux de la CIF étaient couverts par le produit assurance remboursement de crédit. L’offre développée jusqu’à présent compte une assurance-vie et un produit d’épargne-retraite. 23,8 millions d'euros de primes d’assurance ont été émises depuis le lancement du projet et 3 900 familles victimes d'un sinistre (décès de l'emprunteur) ont été indemnisées.

La CIF projette de créer des compagnies dans 4 autres pays de la Confédération durant les 3 prochaines années, à savoir au Togo, Mali, Bénin et Sénégal.

La micro-assurance consiste à proposer aux ménages à faibles revenus des produits d’assurance ajustés à leur situation. Ce mécanisme contribue à réduire la vulnérabilité des populations démunies, particulièrement exposées aux maladies, accidents, décès ou catastrophes naturelles.

Active en matière de micro-assurance depuis le début des années 2000, ADA a contribué à développer une série d’indicateurs de performance des produits de micro-assurance. Ces indicateurs ont été repris dans la législation proposée par la CIMA, la Conférence interafricaine des marchés d’assurance. Cet organisme communautaire du secteur des assurances rassemble les industries nationales d’assurance de 14 Etats francophones d’Afrique de l’Ouest. Début 2012, les Etats membres de la CIMA ont signé un accord pour la mise en œuvre de nouvelles lois régulant la micro-assurance. Une étape essentielle pour parvenir à une régulation efficace du secteur.

La CIF est un regroupement de six fédérations agréées : RCPB du Burkina Faso, FUCEC du Togo, FECECAM du Bénin, Nyesigiso et Kafo Jiginew du Mali et Pamecas du Sénégal.